Top
15037313_slider

Maël Nozahic

Invitée en résidence sur le territoire universitaire du Nord-Pas-de-Calais, Maël Nozahic présentera successivement son travail dans huit établissements de notre région. Soit huit possibilités pour le public nordiste d’admirer ses dessins, peintures et sculptures témoignant d’un univers troublant où festivités et férocité se fondent dans l’éclat de couleurs incendiaires.

propos recueillis par Benjamin Défossez

 

Peux-tu nous dire comment est née l’envie de te consacrer pleinement à la création, de devenir artiste ?

L’envie de créer est arrivée assez naturellement. Enfant, j’ai grandi au milieu des toiles de mon père, peintre amateur à l’univers très original et métaphorique. Ça a sans doute encouragé mes propres élans créatifs. Rapidement j’ai pris des cours de dessin, puis au lycée j’ai opté pour l’option arts plastiques. Devenir artiste, en revanche, c’était quelque chose de trop abstrait, sans doute une perspective trop aléatoire et après le bac je me suis d’abord inscrite en classe préparatoires littéraires. Mais être en hypokhâgne, ça laisse peu de temps pour les loisirs, or je n’arrivais pas à me résoudre à stopper mes activités artistiques. Les cours m’intéressaient mais je passais mon temps à remplir de dessins les marges de mes cahiers. C’est alors vite devenu une évidence, il fallait que je m’inscrive aux Beaux-Arts…

«Les Pèlerins» / « Le Fléau» à la Galerie les 3 Lacs © Maël Nozahic

«Les Pèlerins» / « Le Fléau» à la Galerie les 3 Lacs
© Maël Nozahic

 

Et comment l’école des Beaux-Arts concrétise-elle l’envie de devenir artiste ?

Même aux Beaux-Arts, la perspective de devenir artiste n’est pas présentée par les profs comme une évidence. Heureusement, l’intervention de créateurs contemporains au sein de l’école permet de rendre concret le statut d’artiste. La conférence de Damien Deroubaix, en particulier, a été déterminante dans mon orientation professionnelle. Il ne nous a rien caché des écueils et de la précarité de la vie d’artiste mais il était la preuve vivante qu’il était possible de finir par vivre malgré tout de son art. C’était un message sans angélisme qui donnait pourtant de l’espoir.

Les pèlerins IV, encre et aquarelle sur papier, 30x24 cm, 2015 © Maël Nozahic

Les pèlerins IV, encre et aquarelle sur papier, 30×24 cm, 2015
© Maël Nozahic

Tu es d’ailleurs entrée concrètement dans le milieu artistique en l’assistant dans son atelier.

Oui, je suis allée à Berlin pour le seconder dans son travail. Une période importante dans mon parcours artistique. Sa générosité s’est témoignée par le partage des savoirs techniques – j’ai notamment beaucoup appris en matière de sculpture ou de gravure – et il n’a pas hésité à me faire bénéficier de son réseau. C’est grâce à lui que j’ai trouvé mes premiers lieux d’exposition, que j’ai gagné, peu à peu, mon autonomie.

Les pèlerins XIII, encre et aquarelle sur papier, 30x24 cm, 2016 © Maël Nozahic

Les pèlerins XIII, encre et aquarelle sur papier, 30×24 cm, 2016
© Maël Nozahic

On te connait essentiellement pour ta peinture. Hors, pour cette exposition à la galerie «Les 3 Lacs», tes hyènes en trois dimensions ont une place centrale. Quelle importance la sculpture occupe t-elle dans ton travail ?

Ces hyènes, motifs récurrents dans ma peinture, sont nées du projet « Le fléau » que j’ai réalisé en 2014 grâce à une bourse individuelle décernée par le DRAC Bretagne. Et je ne compte pas m’arrêter là. Je veux instaurer un dialogue entre mes différentes techniques. Les dessins m’inspirent les tableaux, et les tableaux eux-mêmes m’inspirent les sculptures. Des personnages déguisés qui sont au centre de mon travail actuel, je voudrais prochainement tirer des masques sculptés, grandeur nature.

Ces êtres déguisés sont-ils issus d’un folklore existant ou proviennent-ils de ton imaginaire ?

Des deux à la fois. Pour cette série « Les Pèlerins», je me suis inspirée à la base du livre «Wilder Mann» de Charles Fréger. Un ouvrage passionnant qui répertorie en photo les costumes folkloriques des différents carnavals traditionnels européens. Ce livre traduit une culture ancestrale qui nous réunit tous, au delà des frontières géographiques ou économiques. À cet hommage direct au travail de Charles Fréger, j’ai ajouté d’autres sources d’inspiration et, naturellement je m’autorise des infidélités. Couleurs, objets, attitudes… j’y apporte mon imaginaire pour en venir, de fil en aiguille, à créer mes propres personnages costumés. Le réel nourrit ma propre fiction.

Les pèlerins V, encre et aquarelle sur papier, 30x24 cm, 2015 © Maël Nozahic

Les pèlerins V, encre et aquarelle sur papier, 30×24 cm, 2015
© Maël Nozahic

 

Malgré cette référence à la réalité, on a du mal à situer tes oeuvres dans l’espace et dans le temps. Un indice ?

Chacun est libre de s’imaginer ce qu’il souhaite. Dans le série « Les Pèlerins», l’absence de traces d’activités humaines dans le paysage, les couleurs acides peuvent évoquer un monde perdu ou un monde futuriste et apocalyptique. Mais rien de triste là dessous, plutôt le retour de l’optimisme après la catastrophe. La nature reprend ses droits, les hommes redécouvrent la liberté des fêtes païennes et du nomadisme.

Les pèlerins II, encre et aquarelle sur papier, 30x24 cm, 2015 © Maël Nozahic

Les pèlerins II, encre et aquarelle sur papier, 30×24 cm, 2015
© Maël Nozahic

 

Tu es en résidence sur tout le territoire universitaire du Nord-Pas-de-Calais jusqu’à la fin avril 2017. En quoi consiste ta mission ?

Cette résidence va être ponctuée de huit expositions dans les différentes universités de la région. Aux oeuvres des «Pèlerins» et du «Fléau» s’ajouteront celles des «Parcs d’attractions» selon l’espace proposé et les choix des différents commissariats. En parallèle, je réalise des gestes artistiques auprès des étudiants. C’est un terme un peu vague qui s’apparente en fait au workshop. Selon le cursus des étudiants ( psychologie, technologie… ), ces échanges aboutiront à des textes ou des éditions d’artistes. Le travail ne fait que commencer…

Mondfanger I, huile sur toile, 200×150 cm, 2016 © Maël Nozahic

Mondfanger I, huile sur toile, 200×150 cm, 2016
© Maël Nozahic

maelnozahic.com

Exposition «Les Pèlerins» / « Le Fléau»

 

du 9 novembre au 15 décembre 2016
Galerie les 3 Lacs – Lille 3 – Villeneuve-d’Ascq

Exposition «Attraction»

 

du 24 novembre 2016 au 12 janvier 2017
Bibliothèque universitaire du Mont-Houy – Valenciennes
maelnozahic.com

Acta est fabula, huile sur toile, 130×160 cm, 2015
© Maël Nozahic
Acta est fabula, huile sur toile, 130×160 cm, 2015 © Maël Nozahic
Ranch rose, huile sur toile, 80×100 cm, 2014
© Maël Nozahic
Ranch rose, huile sur toile, 80×100 cm, 2014 © Maël Nozahic
Pèlerins aux oiseaux, huile sur toile, 160×130 cm, 2016
© Maël Nozahic
Pèlerins aux oiseaux, huile sur toile, 160×130 cm, 2016 © Maël Nozahic
Les lunes, huile sur toile, 92,5×73 cm, 2012
© Maël Nozahic
Les lunes, huile sur toile, 92,5×73 cm, 2012 © Maël Nozahic
Mondfanger V, huile sur toile, 200×150 cm, 2016
© Maël Nozahic
Mondfanger V, huile sur toile, 200×150 cm, 2016 © Maël Nozahic
Antoine Marquant

antoinem@antoinem.com

testtesttesttes ttesttesttestt esttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttes ttesttesttesttesttestte sttesttest testtesttesttesttesttesttesttestte sttesttesttesttestte sttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttestt esttesttesttesttesttesttesttesttest

Pas de commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés.