Top
top-chef-2018-02

Un Chti dans Top Chef : toutes les bonnes (et moins bonnes) raisons de re-re-regarder l’émission cette année

Ahhh ! «Top Chef» est de retour ! On va enfin savoir comment occuper nos mercredis soirs, bien calés dans notre canapé, à juger les plats des candidats, gourmets que nous sommes, tout en dégustant notre sandwich à la mayonnaise parsemé de ses chips industrielles et arrosé à la kro (vous ne connaissiez pas cette «recette» ? C’est cadeau, c’est pour nous…).
Mais quoiqu’en disent les blasés – «Ouiii, on nous sert toujours le même plat, la recette ne prend plus, c’est quand même la 9éme saison…»- on est impatients de retrouver les ingrédients incontournables qui font tout le sel de l’émission (vous avez vu comme on file bien la métaphore culinaire ?) :

Cette expression récurrente

qui sonne à l’oreille comme la douce mélodie d’une comptine rassurante nous replongeant en enfance : «C’est gourmand» et sa déclinaison méditerranéenne «C’est gourmang» répétée 412 fois par émission. «Big Up» à Cyril Lignac qui doit maintenant partager l’antenne et ses parts de gâteau avec l’indescriptible Mercotte…

top-chef-2018-05

Les plats traditionnels revisités :

«J’ai revisité les moules-frites de ma grand-mère façon kebab…». C’est en général à ce moment-là qu’on perd le fil de l’émission en se questionnant intérieurement sur la meilleure façon de revisiter notre sandwich à la mayonnaise : «Peut-être qu’en ajoutant des cornichons et une petite sauce Samouraï de derrière les fagots…»

top-chef-2018-07

Les coups de gueule du faux méchant,

Philippe Etseubets, Ettchebaizt ou Etchebest (on sait plus trop à force d’entendre son nom écorché par les cuisiniers apeurés). Même s’il fait un peu peur et que certains candidats en auraient, selon nos sources, souillé leur tablier, on sent bien qu’il est gentil au fond, un peu comme Shrek en fait…

top-chef-2018

Ces ingrédients et techniques

qui nous étaient totalement inconnus il y a quelques années (yuzu, cromesquis, citrons caviar, cuisson au foin…) et dont la désignation nous fait maintenant hocher la tête, d’un air entendu.

mrw my best friend is sitting next to me and i put on a new jam i love and seeking his approval on the jammage. - Imgur

La page de pub à 23h45

qui va bien flinguer notre nuit de sommeil, juste avant de dévoiler le nom du malheureux qui va devoir remballer ses couteaux et faire un dernier câlin à ses petits copains qui font vachement bien l’air de «celui qui aurait préféré partir à sa place».

top-chef-2018-08

Ces candidats qu’on a pris en grippe

et qu’on aime tant détester, généralement parce-qu’ils ont fait preuve d’arrogance ou ont pris tout le saumon dans le garde-manger et n’ont laissé aux «copains» que deux vieux bouts de rognons. Non, Naöelle, nous n’avons pas oublié la fameuse affaire du «vol de crevettes à Yoni», saison 4 épisode 8, qui défraya la chronique en 2013 !

top-chef-2018-04

Oui, on prend ça très à cœur,

il faut dire que la dite Naöelle avait cette année-là remporté la victoire au nez et à la barbe de notre chouchou régional forever : Florent Ladeyn ! Et on ne trouvera pas un nordiste pour nous contredire : son inventivité, son respect pour les produits, son amour du terroir, son allure de rebelle et sa passion communicative aurait du être récompensés !!! (ça ne s’entend pas mais là on vient de casser la touche du point d’exclamation. Il sera donc remplacé jusqu’à la fin de l’article par le signe §, trop injustement délaissé de toute façon.)

top-chef-2018-03

Et puisqu’on parle de candidat régional

(c’est là qu’on voulait en venir depuis le début en fait, on a «un peu» digressé..), cette année on aura encore la chance de pouvoir encourager un chti gars du coin : Camille Delcroix, 27 ans, second de cuisine au restaurant «Le Château de Beaulieu, à Busnes, 2 étoiles au Michelin, excusez du peu §
Sa fiche, transmise en communiqué de presse par M6 le décrit ainsi :
«Cela fait 5 ans que Camille travaille avec Marc Meurin, chef 2 étoiles emblématique du nord qu’il considère comme son mentor. Issu d’une famille d’artisans boucher/charcutier/traiteur depuis 7 générations. Malgré son jeune âge, il ne se laisse pas faire et a de nombreuses choses à prouver dans ce concours. Toujours le bon mot et la bonne réplique, il ne va pas se laisser faire avec les autres candidats. Son univers culinaire : une cuisine gastronomique et classique, inspirée du nord, remise au goût du jour. Point fort : les sauces §» On dirait un peu la description d’un combattant dans Dragon Ball Z, un warrior assurément ce Camille.

top-chef-2018-09

D’ailleurs ce prénom, ça ne peut pas être un hasard, Camille Cerf – Camille Delcroix, y’a des signes qui ne trompent pas, le futur Mister Top Chef sera nordiste §
Sur ce, amis chauvins, bonne émission et bon sandwich §§§

Image en entête : Lisa F. Young/Shutterstock – Gaëtan Bernard/M6

Benjamin

benjamind@refred.com

Pas de commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés.