Top
guide_de_survie_jean_yann_du_barreault_lemonlemag_lille_slider

Les starlettes des réseaux sociaux

Qui n’a pas envié, jalousé, les starlettes des réseaux sociaux me jette la première pierre. Qu’elles soient sur Instagram, Facebook ou Youtube, nous suivons tous des célébrités 2.0 qui, tantôt nous donnent envie, tantôt nous dépriment, nous ramenant au sordide de notre quotidien. Afin d’en finir avec la déification et dans  le but de désacraliser une bonne fois pour toute ces divas narcissiques avides de likes et de followers, voici le portrait passé au vitriol des 4 grandes familles d’exhibitionnistes des temps modernes :


La mère parfaite.

Le problème avec la super daronne, c’est qu’elle laisse transparaître une nonchalance déconcertante quant à la façon dont elle éduque sa marmaille. Elle consacre tout son temps libre à leur éducation. Ses enfants, parfaitement apprêtés et obéissants, ont l’air tout droit sortis d’une publicité un peu mièvre vantant une quelconque marque de jambon sous vide.

Elle enchaîne sans broncher fêtes d’anniversaire à thème, ateliers créatifs, fait des cupcakes, s’implique dans la vie de l’école et va même jusqu’à s’indigner du manque d’activités extrascolaires. Elle a le sourire aux lèvres, le brushing impeccable et trouve le temps d’immortaliser ses « instants bonheur » dans le but de les partager avec ses followers. Vous, même célibataire, avez encore du mal à faire preuve d’autorité sur votre chat qui ne se lasse pas de vomir sur le couvre-lit.

Et le seul organisme vivant, pleinement dépendant de vous, est ce foutu yucca acheté il y a 3 ans chez Ikea qui, entre sécheresse et inondation, tente désespérément de survivre. Partant du fait qu’il n’en reste qu’un tronc et deux feuilles jaunes, il vous est légitime de vous demander comment elle, la mère parfaite, arrive à faire en sorte que sa progéniture ait l’air si normalement développée…
La mère parfaite énerve, parce qu’elle est un mythe. Et elle sait qu’elle énerve. Du moins, pense-t-elle attiser l’envie. Et c’est là qu’elle se met le doigt dans l’œil. Parce qu’au fond, on s’en fout de son modèle éducatif. Nous, tout ce qu’on souhaite c’est pouvoir dormir jusqu’à 15h un lendemain de cuite. Et ça, la mère parfaite, hormis si elle possède un grand congélo, sait que cette époque est révolue pour elle…

La blogueuse mode

Son choix, quant au support de communication, ne se porte naturellement pas vers l’écriture, mais plutôt vers la vidéo. Vous la trouverez donc sur Youtube. Parce que la blogueuse mode aime parler. Elle parle. Elle parle, elle parle et reparle encore pendant d’interminables minutes sur son dernier voyage à New-York.

Sur les vêtements qu’elle a forcément chinés dans une petite boutique « totally amazing » que seuls quelques initiés connaissent (Oui, la blogueuse mode au retour des States à tendance à la Jean-Claudisation, mêlant français et anglais dans une même phrase sans même s’en indigner). Elle parle de la tenue « juste parfaite » pour assister à un brunch d’été. Ou sur les « don’t » en matière d’accord. Ou encore sur les couleurs qui seront « In » pour la saison prochaine. Bref ! Elle parle de tout, tout le temps et a un avis sur tout… On comprend donc aisément qu’elle n’ait pas choisi l’écriture comme moyen de propagande, le temps qu’elle ait fini de pondre son article que celui-ci ne serait déjà plus au fait de la dernière tendance…

Il arrive parfois qu’elle se tente à réaliser quelques tutos maquillage. Et comme la blogueuse mode trouve que toutes les femmes sont belles au naturel, son seul credo est « le nude ». 1h28 à vous présenter des pinceaux et des poudres (forcément sponsorisés par de grandes marques) pour vous faire un teint parfaitement naturel mettant en avant la fraîcheur printanière de votre visage
de jouvencelle. C’est-à-dire vous, sans cernes et sans boutons… à 40 balles le pinceau et 60 balles le blush, autant dire qu’on préférerait plutôt que ça se remarque qu’on a creusé dans son découvert. Quitte à ressembler à Régine, on s’en fout, l’important à ce tarif-là, c’est que cela se voit !

 

La Gym Queen

Le Saint Graal des réseaux sociaux !
Que l’on désigne un homme ou une femme, la terminologie reste invariable, et conserve sa forme féminine : la Gym Queen !

Des profils où se mélangent photos de corps pensés et dessinés, des selfies pris dans le miroir de la salle de sport, des vidéos de cours de fitness le tout ponctué par des « no pain / no gain ». Le concept est simple : du muscle, de la sueur, des u.v. (beaucoup !) et encore du muscle ! Si on envoyait la bête pour analyse en laboratoire, elle décrocherait assez aisément la garantie 100% pur bœuf.

Dernière née en date des applications qui lui est spécialement dédiée : le runtastic. Une application permettant de  calculer (et de publier) le nombre de km réalisés en un temps donné… J’ai du mal avec ce concept. En quoi publier sa course a de l’intérêt pour les autres ? Est-ce que nous, déficients esthétiques, nous nous amusons à indiquer le parcours des bars et des litres de bières ingurgités le samedi soir en 60 minutes ??!.. Non ! Et pourtant, dans mon cas personnel, ça tient de la foutue performance et aurait de quoi m’introniser dans le Guinness des records ! Mais je ne m’en vante pas pour autant, j’ai ma pudeur !… Alors il serait bon d’en finir une bonne fois pour toute avec ces exhibitions performatives !.. Chacun son domaine de compétences.

Hafida es-tu là ?

Une des starlettes des réseaux sociaux que tout le monde connaît et qui pourtant n’a aucune audience, c’est celle présente dans notre liste d’amis Facebook. Aucun talent particulier à mettre en avant, la starlette est à l’art ce que l’assistante maternelle est à la neurochirurgie. La diva peut être conseillère en orientation ou ingénieure informaticienne dans une entreprise de VPC, peu importe ! « Être une star est une question d’attitude » aimait dire Hafida Turner (égérie des stars populaires en devenir). Sûr que pour certaines, cette affirmation n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd.

Cette cabotine se sent le devoir d’informer le monde à chacun de ses faits et gestes. C’est le communiqué de presse trois fois par jour. On en sait autant sur ses humeurs et son état de santé que sur ses déplacements les plus insignifiants. Du transit matinal au « jetlag » du passage à l’heure d’été, tout est sujet à publication. C’est cette même personne qui se doit de remercier ses proches à chaque événement notable de sa vie, telle une Marion Cotillard à la remise des Césars. Elle dément des rumeurs dont elle croit être la proie avec la même théâtralité qu’Adjani au JT de 86. Cet(te) ami(e), qui de prime abord afflige, fini(e) généralement par nous amuser, nous attendrir, et l’on finit par suivre ses aventures de la même manière que l’on suivrait une télé-réalité sur D8.

 

Antoine Marquant

antoinem@antoinem.com

testtesttesttes ttesttesttestt esttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttes ttesttesttesttesttestte sttesttest testtesttesttesttesttesttesttestte sttesttesttesttestte sttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttesttestt esttesttesttesttesttesttesttesttest

Pas de commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés.